La traversée du désert

Par Mélanie Berbach.

C’est dur d’avoir 20 ans en 2020. Extinction de la vie sociale, prolifération de la misère sexuelle. Macron avait raison. Coup dur pour les célibataires et coup qui dure pour les chanceux.  

Je les imagine faire le mur, la nuit tombée. Attestation remplie, motif : « missionnaire d’intérêt général ». Roméo 2.0 risque 135 euros, une Chlamydia et le Covid. Liaisons dangereuses à la sauce pandémie. L’Amour frappe plus fort que les flics et Libido crie Castex casse-toi.

Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font.

Les inséparables captifs jouissent ou subissent. Entre la cure de sébum de l’un et la déprime de l’autre, ça passe ou ça casse. A en juger la pléthore d’influenceuses en cloque, c’est un bingo. Urgence climatique, crise sanitaire et babyboom. Sortez couverts mais eux demeurent à l’intérieur.

Les premiers traversent la rue pour rejoindre l’Amant, je traverse le désert. S’abstenir et penser collectif. Aimer son prochain et l’éviter. Les seconds filent une romance confinée, je vis comme dans un monastère.

Et en attendant le Messi, j’implore : Jupiter, délivre-nous du mal !