Edito – Venu.e.s d’ailleurs

par Solène Bellora.

Ahmet Altan est un prisonnier politique turc, enfermé en 2016 et condamné à la perpétuité en 2018. Il sera relâché en novembre 2019 pour être une nouvelle fois arrêté quelques jours après. Accusation à sa charge : avoir participé au putsch manqué du 15 juillet 2016, visant à renverser le régime du président turc Recep Tayyip Erdogan, en « envoyant des messages subliminaux » lors d’une émission de télé.

Dans son livre Je ne reverrais plus le monde, publié à Actes Sud en 2019 et regroupant une partie de ses textes de prison, il écrit ces mots :

Je ne suis ni là où je suis, ni là où je ne suis pas. Vous pouvez me jeter en prison, vous ne m’en­fermerez jamais. Car comme tous les écrivains, j’ai un pouvoir magique : je passe sans encombre les murailles. 

Allégorie de la liberté de pensée, son ouvrage montre sans artifices la vie quotidienne d’un homme emprisonné pour la seule expression de ses idées. Il s’élève plus généralement contre toute forme d’injustice, notamment celle d’arrestation arbitraire que bon nombre d’intellectuels ont subi en Turquie ces dernières années.

Tout au long de son ouvrage, il utilisera une rhétorique à la fois simple et complexe empruntée au paradoxe de Zénon d’Elée :

Un objet n’est ni là où il est, ni là où il n’est pas

Lorsqu’un objet est en un lieu, ce lieu même est toujours en un autre lieu, et ainsi de suite. Nous ne pouvons ainsi jamais réellement être là où nous nous trouvons, ni là où nous ne nous trouvons pas.  

Nous sommes ainsi peu probablement d’ici mais plutôt d’ailleurs. L’enveloppe corporelle ne faisant que transporter un esprit, qui lui, se meut dans l’espace et le temps.

Nous venons tous et toutes d’ailleurs. D’un lieu qui est autre mais qui n’est ni forcément loin, ni forcément étranger. Toutefois, nous avons tous et toutes expérimenté.e.s ce sentiment d’être étranger. Etranger à un pays, une ville, un lieu et même à notre propre milieu.

Nos rédacteurs et rédactrices vous ont ,ce mois-ci, proposé de vous envoler vers cet « ailleurs » à travers leurs témoignages, leurs analyses internationales, leurs conseils littéraires, le tout pour découvrir la Lorraine, le monde fantastique d’un écrivain torturé ou encore pour comprendre le monde arabe.

Chers lecteurs, chères lectrices, ne vous trouvant ni vraiment là où vous êtes, ni vraiment là où vous n’êtes pas, profitez de ce moment pour vous évader.

Et à bientôt dans Propos.

Sommaire

La Haute-Saône, terre française mais étrangère, par Carla Brulet.

H.P. Lovecraft, par Loris Schaeffer

Une ville en Lorraine… par Maxime Billotte.

Accords d’Abraham : un engouement démesuré ? par Jules Buzon.

Le mouvement anti-masque dans le monde, par Eléonore Desfeux.

Parlez-moi d’amour ! par Pierre Tinchant