LA HAINE EN CONTINU


Par Pierre Tinchant

« La Haine est un ivrogne au fond d’une taverne,
Qui sent toujours la soif naître de la liqueur
Et se multiplier comme l’hydre de Lerne.

Mais les buveurs heureux connaissent leur vainqueur,
Et la Haine est vouée à ce sort lamentable
De ne pouvoir jamais s’endormir sous la table. »
Charles Baudelaire, « Le tombeau de la haine », Les fleurs du mal, 1857

Je vous ai choisi du Baudelaire pour débuter cet article. Pas mal non ? Mais pourquoi un poème sur la haine ? Je vais vous expliquer ce choix.

L’autre jour, alors que je me promenais dans les rues de Strasbourg (avant le confinement, cela va de soi), j’ai vu, sur un kiosque à journaux, la une du périodique d’extrême-droite Valeurs actuelles. J’y ai vu une photographie de Yann Barthès, (présentateur de l’excellent Quotidien sur la Télévision Monte-Carlo) avec, en-dessous de son visage, écrit en grosses lettres jaunes « LA TYRANNIE DES BIENS PENSANTS : Enquête sur quotidien, la machine infernale de Yann Barthès ; Propagande, humiliation, fake news ; Comment les têtes à claques du politiquement correct font la loi ». Oh la la !? Mais c’était sûr en fait ! M. Barthès était donc un reptilo-illumaniti-gauchiasso-islamo-franc-maçonnique dont l’unique but était de décérébrer le peuple avec ses discours politiquement corrects ! Quelle infamie ! En rentrant, je me suis donc penché sur d’autres somptueux numéros de Valeurs Actuelles:
• « COMMENT LES FEMINISTES SONT DEVENUES FOLLES » ;
• « Hypocrite, apocalyptique, hystérique : L’IMPOSTURE GRETA » ;
• « LA NOUVELLE TERREUR FEMINISTE » ;
• « LES ISLAMOS-GAUCHISTES : au cœur d’une dérive française » ;
• « LA TYRANNIE MEDIAPART : histoire d’une machine à broyer ».

La fameuse une de Valeurs Actuelles


Et dire que j’étais un ignorant. Merci Valeurs Actuelles, de m’avoir aidé à repérer l’influence des islamos-gauchistes sur notre société. Pour accompagner le tout, j’ai décidé, le soir, d’allumer mon poste de télévision. Je suis tombé sur « L’heure des pros » sur CNews, avec le divin Pascal Praud. Ah ! Quel homme ce présentateur ! Enfin quelqu’un qui dit tout haut ce que beaucoup de gens pensent tout bas ! L’autre jour dans le bandeau en bas de l’écran, était indiqué « Le ‘’refroidissement’’ climatique ». Voilà ! Ca s’est ce que j’appelle dire la vérité ! Tout le monde sait que le dérèglement climatique est une invention sino-Thunbergienne pour installer la domination des bobo-végano-gauchistes dans nos sociétés occidentales ! C’est dommage, ce soir dans son émission, il n’y avait pas Eric Zemmour. Déçu. Dire que ces imbéciles du CSA l’ont pointé du doigt pour ses propos sur conquête de l’Algérie… On ne peut plus rien dire de toute façon ! C’est la dictature du politiquement correct !

Et voilà. Voilà comment les rivières de la haine font se noyer un homme et comment elles inondent une partie de notre société. Avant l’épidémie de COVID-19, la (c)haine d’information en continu CNews n’avait de cesse d’organiser des débats pestilentiels, au point d’être surnommée par Le Monde « la télé du clash permanent ». Que cela soit dans « L’heure des pros » avec Praud ou dans « Face à l’info » avec Zemmour, une avalanche de phrases provocatrices étaient prononcées. Voici quelques extraits pour vous donner une idée : en Syrie, « Bachar El-Assad n’a pas gazé son peuple » ; les homosexuels n’ont qu’à « coucher avec l’autre sexe pour faire des enfants » ;« La politique de Vichy n’avait pas comme conséquence l’extermination et les camps nazis. ». L’on cherche le buzz, la polémique, le coup d’éclat. Depuis une dizaine d’années maintenant, les polémistes d’extrême-droite, apôtres noirs du national-populisme, prolifèrent sur les plateaux de télévision. Et la haine se répand toujours plus. Les débats répétés sans cesse sur l’islam et l’immigration finissent même par faire le jeu du Rassemblement National, qui peut profiter du basculement à droite d’une partie des chaînes d’info en continu pour engranger des suffrages supplémentaires.

Pascal Praud animant un débat sur CNews


Portez une attention particulière à chaîne d’info en continu. A-t-on vraiment besoin de l’information en continu ?! 24h sur 24, 7 jours sur 7 !? Il parait même que des chaînes se sont mises à retransmettre la météo en continu ! Personnellement, j’ai ça depuis longtemps : j’appelle ça une fenêtre. Bref, toujours est-il que le problème, avec les chaînes d’info en continu, c’est qu’il faut faire de nombreux reportages et sujets. Or cela coûte cher. Aussi, selon Samuel Gontier, journaliste et auteur de l’enquête Ma vie au poste : Huit ans d’enquête (immobile) sur la télé du quotidien, « les chaînes dites ‘’d’info’’ ne produisent en réalité que 6 minutes d’information par heure, le reste étant du commentaire qui coûte beaucoup moins cher que du reportage ou de l’investigation ». Alors on commente, on débat. Et on débat avec, le plus souvent, un déséquilibre : les dés sont pipés, les cartes sont faussées. En effet, ce sont en grande majorité des polémistes d’extrême-droite, voire souverainistes, qui sont invités sur les plateaux de CNews ou de BFM pour débattre : les intellectuels progressistes sont en minorité, dans ce qui s’apparente à un combat de MMA (tous les coups sont permis) à 4 contre 1. Aussi, nombre de ces intellectuels rechignent à aller au combat : l’hydre de la haine (non moins dangereux que l’hydre de Lerne) peut alors continuer à répandre son venin à sa guise.
Pas un trimestre sans qu’une maison d’édition publie un ouvrage « contre la bien-pensance » ; pas une semaine sans qu’un hebdomadaire dénonce « les islamos-gauchistes » ; pas une émission de débat sans que l’on parle du « féminisme victimaire ». Tel est le triste constat que l’on peut dresser aujourd’hui dans le champ médiatique français. Le courant du national-populisme est sorti du ghetto et s’étend un peu partout dans le paysage : auparavant cantonné à certains journaux tels que Causeur ou Incorrects, il gagne en influence sur des chaînes ou des journaux historiquement ancrés au centre ou à gauche, se diffusant dans l’espace public.
Alors qui « tire les ficelles » ? Qui se cache derrière ce jeu dangereux ? Je vous propose en guise d’exemple Valeurs Actuelles et CNews. Du côté de Valeurs Actuelles, c’est le Groupe Valmonde, dans lequel on trouve l’homme d’affaire et milliardaire libanais Iskandar Safa, grand propriétaire terrien, inquiété à de multiples reprises pour des affaires de corruption, d’exil fiscal (Panama Papers), de scandales financiers (Angolagate, dette cachée du Mozambique) et autres faits d’armes qui prouvent la probité sans faille de l’homme. Aux côtés de Safa, on trouve Etienne Mougeotte et Charles Villeneuve, des septuagénaires avec un penchant pour l’extrême-droite. L’ancien rédacteur en chef Yves le Kerdrel a été condamné deux fois par le Tribunal de Grande Instance et par la correctionnelle pour « appel à la discrimination, à la haine et à la violence ». Du côté de CNews, c’est le multimilliardaire Vincent Bolloré, en tant que patron du groupe Canal+, qui tient les rênes. Selon Reporters sans frontière, l’indépendance des médias et la liberté d’expression ont été mises à mal sous sa direction : de nombreuses émissions d’enquête et d’investigations ont été déprogrammées, au profit d’émissions de divertissement. Les soupçons de corruption dans l’attribution de ses concessions portuaires en Afrique de l’Ouest ont fait l’objet d’investigations de certains journalistes, or ces derniers ont été soumis à une forte pression (censure, attaques judiciaires) venant du groupe Bolloré…

Vincent Bolloré


En somme, vous l’avez vu, nous avons affaire à des hommes remarquables auxquels on reproche trois fois rien.
Alors quelle solution face à cette haine en continu ? Pour ma part, je suis convaincu que l’intuition de Jurgen Habermas est la bonne. Sa théorie de « l’agir communicationnel » doit nous guider : ce n’est qu’au travers d’un processus de discussion rationnel, non tronqué, équilibré, apaisé, non-agonistique, entre des hommes se considérant comme égaux, que nous pourrons trouver des accords et que nous pourrons faire vivre, de manière purifiée, notre démocratie, bien loin des sulfureux débats dont une partie de la sphère médiatique nous impose sans cesse. Apaisons nos discussions, recentrons-nous sur l’essentiel, et refusons ceux qui veulent nous gouverner avec la feu et la furie. Ce qu’ils nous proposent est simple : la haine, haine de l’étranger, haine des juifs, haine des musulmans, haine des progressistes, haine des intellectuels… Or la haine, l’histoire nous l’a appris, n’est pas un chemin qui mène au bien de l’humanité. Soyons plus fort que ceux qui veulent nous diviser, et montrons-leurs que l’unité triomphe sur la haine.


Si nous ne voulons pas que le lien entre nous s’effrite, se dégrade puis se rompe, si nous ne voulons pas que notre pays fonce tête baissée dans l’abîme de la division, nous devons à tout prix couper toutes les têtes de l’hydre de la haine.