Bonjour à toi jeune pipo. Nous te souhaitons la bienvenue, et surtout nous t’adressons nos plus sincères félicitations pour ta réussite à ce concours. Maintenant les choses sérieuses commencent.

Il est vrai qu’à Sciences Po Strasbourg, le début de l’année peut être émotivement et intellectuellement dense. Un premier année fraichement débarqué n’est même pas inscrit que les différentes associations de l’école se présenteront à lui avec des projets plein l’esprit. D’un côté un flux constant de nouveaux visages, une multitude de soirées arrosées dans le centre de la ville, et un nombre conséquent de polos qui vont t’inviter chez eux pour te parler de leur association, un océan de possibilités, et de l’autre côté une pléiade de nouvelles matières, de professeurs différents, suivi d’un discours de bienvenue du directeur qui t’annoncera fièrement que désormais tu fais partie de l’élite de la nation française, de la crème de la crème de la population étudiante, et qu’il faudra bien t’habituer à ce que l’on te regarde différemment lorsque tu annonceras en public que tu viens de Sciences Po. Puisque tout cela peut être déroutant, ou donne simplement l’envie d’en savoir plus sur l’école dont tu deviens l’élève, le journal de l’école te propose un résumé des choses à savoir en rentrant à Sciences Po Strasbourg. Infos pratiques, ou petit résumé du fonctionnement de l’IEP, voici un article fait pour le jeune pipo impatient de faire sa rentrée.

La ville et les bons plans. 

Commençons avec la ville de Strasbourg et ses secrets. La ville de Strasbourg est occupée par une population qui est en grande partie étudiante. De (très) nombreux bars, restaurants, essentiellement fréquentés par la population estudiantine sont disséminés partout dans la ville. Cela fait de Strasbourg un endroit très agréable pour les étudiants que nous sommes. Certains bars ou certaines boîtes de nuit sont plus connus que d’autres, notamment parce que les associations de l’école développent des partenariats avec eux ou les privatisent à l’occasion de leur soirée. Il n’en demeure pas moins que les lieux incontournables et les bons plans de la ville sont très nombreux. C’est d’ailleurs pour cette raison que le journal de l’école vous proposera à votre arrivée un guide de rentrée listant tous les bars, restaurants, monuments à ne pas rater dans la ville et ses alentours.

Autre caractéristique : la ville de Strasbourg est connue pour favoriser les transports durables. Nous vous conseillons donc de vous doter d’un vélo en venant vous installer ; d’un côté il est vrai que les pavés du centre-ville vous donneront l’impression que la municipalité a décidé pour de bon de vous assassiner, de l’autre les pistes cyclables couvrent l’étendue de la ville ! Le journal te conseille cependant de t’équiper d’un cadenas bien solide, auquel cas ton cher destrier ne fera pas longs feux avenue de la forêt noire (des places de vélos sont disponibles à l’IEP, mais la plupart d’entre elles se situent au dehors de l’enceinte du bâtiment.). 

Les locaux et le déménagement.

En parlant du bâtiment, il est temps d’aborder un sujet délicat. La petite notice présente au sein de ton dossier d’inscription ne t’a pas échappé : nous déménageons prochainement. Et c’est tant mieux ! Car s’il est vrai qu’une école rayonne de par le prestige de son enseignement, la richesse de ses programmes, la réussite de ses élèves, elle tire aussi son prestige du fait du confort qu’elle accorde à ses élèves et ses personnels. En Septembre, tu ne t’étonneras donc pas, jeune pipo, de découvrir les bâtiments délabrés, les amphithéâtres spacieux mais forts inconfortables, les ambiances décoratives au goût tout à fait discutable et les couloirs très étroits de nos vieux, vieux locaux, 47 avenue de la forêt noire. Le déménagement de l’IEP aura lieux à la Toussaint, comme la fiche informative que tu as reçu pour ton dossier d’inscription le mentionne. Ce que tu ne sais peut-être pas, c’est que les nouveaux locaux (qui se sont fait attendre pendant de très longues années du fait d’incidents et d’imprévus à répétition durant les travaux) seront plus spacieux, plus lumineux disposeront d’espaces connectés, et d’une bibliothèque dont la taille aura doublé de volume. En attendant cela, le journal te conseille de prendre ton mal en patience et de ne pas mettre trop de vêtement sur toi le jour de la rentrée, pour ne pas mourir de chaleur dans un amphithéâtre complet, occupé pendant deux ou trois heures d’affilées par ta promotion.

Les cours et les moyennes à l’année.

En parlant d’amphithéâtre, les premiers cours de la rentrée seront exclusivement des cours magistraux, en attendant que les élèves de ta promotion soit répartis en petits groupes pour les <<conférence de méthodes>>. Qu’est-ce donc ? Les conférences de méthode sont des cours qui suivent le programme des cours magistraux annuels (comme le Droit Constitutionnel ou la Science Politique) et qui ont lieu en comité restreint, environ une vingtaine d’élèves par groupe, sinon moins.  Les conférences de méthode diffèrent aussi des Cours magistraux par leur dimension obligatoire ; à l’IEP, rater plus de cinq conférences de méthode de manière injustifiée, c’est un risque de renvoi. Les cours magistraux, eux, ne sont pas obligatoires.  Il existe à ce sujet deux types de personnes dans le monde ; ceux qui suivent les cours magistraux chaque jour, contre vents et marées, pluies et brouillards, et ceux qui comprennent très vite que ces cours ne sont pas forcément nécessaires à l’obtention de leur année, et qui préfèrent les sécher en se rattrapant tant bien quel mal, les révisant plus tard (souvent vers minuit, la veille de l’épreuve).  Dans tous les cas, les moyennes à Sciences Po Strasbourg sont ainsi faites que les notes obtenues lors des partiels, notées par les professeurs des cours magistraux, valent autant, sinon moins, que celles obtenues tout au long de l’année ou lors d’examen de mi semestre, appelées« colles », notées par les professeurs des conférences de méthode. Le conseil de ton journal préféré, jeune pipo, ce ne peut raisonnablement pas de te dire de ne pas aller aux cours magistraux et de rattraper cela avec tes notes de conférences de méthode ; non cela ne peut pas être notre conseil, car ce serait moralement inacceptable, et d’ailleurs tout à fait honteux. En revanche, un conseil moralement acceptable venant de notre part serait celui-ci : il ne faut pas oublier que tes notes seront comptées à l’année, et qu’elles permettront de dresser un classement général des élèves de ta promotion, ce classement étant lui-même un élément déterminant lors de tes choix de destination à l’étranger, en troisième année. Seules les notes de première année sont déterminantes pour ta troisième année. Les notes de ta deuxième année, elles, le sont pour ton choix de master. 

Les options (bureautique, LV3…)

Mais passons à une autre question épineuse et parlons des options. Les options de première année sont une chose qui peuvent laisser particulièrement perplexe celui qui s’y intéresse, quelque chose qui se situerait entre la pizza à l’ananas et les idées du Front National. Elles concernent l’apprentissage d’une troisième langue toute l’année, ou bien une formation en bureautique, lors du second semestre. D’abord, il faut savoir que ces options sont cumulables, et aussi qu’elles peuvent être abandonnées entre la rentrée et la Toussaint sans aucun problème particulier. Libre à toi d’essayer d’apprendre à parler russe, donc, puisque si cela ne te plaît pas ou te prend trop de temps, tu peux courageusement abandonner la chose et retourner boire des coups en terrasses avec tes potes, et votre connaissance du russe se limitera aux Vodkas que vous ingérerez goulûment entre vous. A l’inverse, il est difficile de se rajouter une option en cours de route ; le mieux à faire serait donc de tout essayer. Mais qu’en est-il des cours en eux-mêmes ? Les avis varient autant que les expériences sur les options de première année, mais voici quelques témoignages tout à fait intéressants, fourni par des étudiants désirant rester anonymes, et qui peuvent procurer une bonne impression de la réalité des options de première année. Au sujet de la bureautique notamment : « A la fin je n’y allais plus, mais j’ai quand même eu 17 à la colle. », ou encore : « Je n’ai jamais pu observer de ma vie quelque chose d’aussi ennuyeux, même pire qu’un concert de Zaz, c’était très étonnant. ». A vous donc de peser le pour et le contre, mais sachez malgré tout que l’option Russe permet à ceux qui la suivent de partir quelques temps en Russie, dans une université de votre choix en été, et que cela est un argument de poids quant à l’obtention d’une année à l’étranger dans une université russe, en troisième année.

Les associations de deuxième année.

Elles sont nombreuses et variées, et ton journal préféré les fera se présenter dans son premier numéro, en Septembre. Certaines d’entre elles t’accompagneront pour ton intégration, d’autres plus tard dans l’année ou tout simplement tout au long de celle-ci. Quelques-unes d’entre elles sont très anciennes, d’autres viennent de naître ou de renaître, mais toutes sont animées par des gens qui veulent t’aider et te faire vivre de belles choses, qui habitent la vie de l’IEP de leur énergie et de leur bienveillance, et je pense que tu seras très heureux de faire leur rencontre en Septembre (même si les après-midi pétanque du Bureaux Des Sports c’est moyennement ton délire.). Le grand intérêt d’un cursus scolaire dans une école telle que la nôtre, c’est certes le prestige universitaire que l’on peut en retirer, mais c’est aussi l’idée que la vie étudiante est rythmée par de multiples événements, programmes, soirées en tout genre. Certaines des associations de l’IEP te feront parler, agir comme un parlementaire ou un diplomate, d’autres te feront servir de justes causes sur le plan social ou environnemental, d’autres encore te feront utiliser tes compétences oratoires ou artistiques. Mais le plus important, c’est qu’elles te feront faire des choses, et aussi creuse que cette expression puisse paraître, elle représente assez bien le vaste nombre de possibilité qui s’offrent à toi. 

Une d’entre elle, ce journal, rentre d’ailleurs déjà en contact avec les nouveaux arrivants de cette année pour recevoir leur article, leur suggérer des idées de sujet à aborder ou tout simplement pour répondre à leur question. Des 1A se sont déjà lancés dans l’aventure, alors pourquoi ne pas t’exprimer à leur côté ? 

Te voilà donc prêt à t’intégrer parmi nous. Et pour toute information complémentaire, ton Bureau Des élèves (BDE) est là pour toi (https://www.bdesciencespostrasbourg.com), et a d’ailleurs concocté un live Facebook tout à fait qualitatif, que nous te recommandons chaudement. 

Pour mieux connaître Propos : https://www.proposscpo.fr

Pour nous écrire : ajoute Carlos Propos et les membres de l’équipe qui se feront un plaisir de te répondre!

Et A bientôt, dans Propos !