Philippe Lutz est né à Strasbourg en 1950. Agrégé de lettres classiques, il devient directeur de la médiathèque de Sélestat en 1994. Cinq ans plus tard, il lance son projet « la photo du jour » : un site internet sur lequel il publie quotidiennement une photo. Près de 18 ans plus tard, son bébé a grandi, mais le concept est resté le même : une photo chaque jour, sans exception ! En octobre 2016 Philippe Lutz est intervenu à l’Institut d’Etudes Politiques de Strasbourg pour organiser une initiation à l’art de la photo de rue.

 

Philippe Lutz

 

18 ans de photos journalières. Ce chiffre peut sembler énorme et pourtant c’est bien l’œuvre accomplie par Philippe Lutz. Le photographe bas-rhinois ne se lasse pas de ses prises de vues quotidiennes. Alors, est-ce un plaisir sans cesse renouvelé, même après tout ce temps ?         

Philippe Lutz – Autant qu’un plaisir, c’est devenu une pratique qui fait partie de mon vécu. Il y a finalement de nombreuses activités que tout le monde effectue quotidiennement, sans que cela étonne : prendre une douche, consulter ses courriels, se brosser les dents, manger, etc. La photo du jour fait partie de mon emploi du temps quotidien, c’est à peine si je me pose encore des questions sur son assiduité. La  question que je me pose plutôt c’est celle du renouvellement du regard, de l’inspiration. Trouver une nouvelle idée chaque jour, ne pas tomber dans la routine.

 

Faire une photo c’est saisir un instant. Sur votre site (http://www.la-photo-du-jour.com/) se côtoient des panneaux de signalisation incongrus, des pirouettes d’enfants et de nombreux jeux entre les mots et les objets, le tout en image. Quelques thèmes essentiels de ce que l’on peut appeler la photo de rue ? La part humoristique est importante dans cette pratique ?

 

La rue est un théâtre sans cesse renouvelé, il s’y passe toujours quelque chose, et on y voit souvent des situations amusantes ou inattendues. J’aime bien capter ces moments. Une photo à mon sens doit toujours avoir une valeur ajoutée. C’est ce qui différencie la photo de rue de la photo animalière. Dans la photo animalière, on essaie de capter l’animal qui passe. Dans la photo de rue, il ne suffit pas de capter le piéton qui passe : il faut dire quelque chose, apporter une plus-value, du sens, de l’humour, une interrogation sur l’état de notre société, de l’empathie, de la critique, etc.

 

La Photo du Jour – 24 mars 2017 à Triembach-au-val

 

Et surtout nous retrouvons sur votre site des portraits, de nombreux visages, des regards et des sourires qui s’accumulent. La photo c’est peut-être avant tout les rencontres et l’échange ? Personnellement, je pense qu’on fait rarement une photographie seulement pour soi. La photo c’est aussi le partage, je ne sais pas si vous… partagez cet avis ?

 

Il y a deux façons de procéder lorsqu’on photographie les gens : les photographier à leur insu, ou les photographier avec leur consentement, ce qui suppose un échange. Les deux façons me vont, les deux ont leur intérêt et leurs limites. Lorsque je fais une rencontre, j’aime en effet conclure l’échange par une photo. Habituellement les gens se prêtent volontiers à ma demande. Je leur envoie ensuite la photo par Internet ou un tirage papier s’ils n’ont pas d’ordinateur.

 

Photographiquement parlant, vous préférez l’usage d’une focale fixe, pourriez-vous rappeler pourquoi ce choix ?

 

En effet, j’utilise toujours un 35mm (en équivalent 24×36, plein format). Pour plusieurs raisons : légèreté du matériel, vision « naturelle », rapidité – on n’a pas besoin de zoomer -, cohérence des séries photographiques : on ne peut pas avoir une série cohérente si certaines photos sont faites au grand angle et d’autres au téléobjectif.

 

Vous avez tiré de cet expérience un livre, La Photo du Jour. (Publié en novembre 2015, 19 euros, Médiapop éditions, 212 pages). Sans l’avènement d’Internet et du numérique, cette aventure aurait sans doute été irréalisable…

 

La « photo du jour » est bien sûr une pratique totalement numérique, de sorte qu’il peut paraître paradoxal d’en tirer un livre. Mais mon livre est moins un livre où je rassemble mes « plus belles images » que le récit de mon expérience, et une réflexion sur ce qu’est pour moi la photographie.

 

Celui-ci n’est pas votre seul ouvrage, puisque vous avez également édité Iles grecques, mon amour en 2012. Sans compter En chemin vers Saint-Guilhem en 2014, L’amour de la marche en 2013, Il neige sur Kyoto en 1984 ou encore Du Paradis en 2016 notamment. Peut-on affirmer sans se tromper que la marche, la littérature et la Grèce font partie des amours de votre vie ?

 

Ce sont en effet les passions de ma vie. Avec la photo bien sûr… Ce que je trouve dans la marche, comme dans mes séjours en Grèce insulaire, c’est un retour à la simplicité, à l’essentiel. Loin du bruit et de la fureur du monde.

 

Votre dernière œuvre est un essai sur le thème du Paradis (disponible sur : https://www.mediapop-editions.fr/portfolio/du-paradis/). Comment pourriez-vous présenter ce livre?

 

Comme dans mes livres précédents, je suis « à cheval » sur deux genres : l’essai théorique et le récit personnel. J’essaie de comprendre pourquoi l’image du paradis est toujours vivante dans notre imaginaire collectif. Même si les représentations du paradis ont changé à travers le temps, les ingrédients du mythe restent les mêmes depuis 3000 ans. Parmi les avatars récents du concept, on trouve par exemple le naturisme, le bio, le vegan… C’est passionnant de travailler sur nos représentations mentales…

 

Vous avez récemment exposé à Strasbourg dans le cadre de Strasbourg Art Photography… Que pensez-vous de la capitale alsacienne dans laquelle vous êtes né, s’agit-il d’un bon terrain de jeu pour le photographe de rue ?

 

Ni meilleur ni pire que d’autres… Il y a partout des choses à voir et à photographier, il suffit d’ouvrir les yeux…

 

Cette « interview » a été réalisée par échanges de mails. Je tiens personnellement à remercier Philippe pour sa venue l’an passé et ses explications sur la photo de rue. Et également pour avoir pris le temps de répondre à mes questions. Je vous invite à faire un tour sur son site, à aller voir ses photos ainsi qu’à découvrir ses livres. Et n’hésitez pas à vous lancer vous aussi dans la photo!

Certaines photos sont également à voir ici: http://www.chambreapart.org/membres/philippe-lutz/