Home Sport AS Monaco, encore sur tous les tableaux

AS Monaco, encore sur tous les tableaux

AS Monaco, encore sur tous les tableaux

« Je pense que la coupe d’Europe va laisser des traces et ils vont lâcher des points dans le championnat ». Combien de fois ais-je entendu cette phrase à propos d’un club français qui – ô malheur – cumulait championnat et coupe d’Europe. Pourtant, cette saison, Monaco est le contre exemple parfait de cette thèse maintes fois rappelée.                                                                  Jérôme Flury

L’AS Monaco réalise une très très grande saison. En tête en Ligue1, devant les favoris parisiens, ils sont également le dernier club « français » en ligue des champions. Mais le bilan ne s’arrête pas là : les Monégasques sont également en finale de la Coupe de la Ligue et toujours en course en coupe de France. Grandiose et preuve qu’il n’est pas impossible de briller sur tous les tableaux. Impossible n’est pas…monégasque.

ASM

Saison en or

Tout d’abord, à propos de leur première place en championnat, si Monaco fait partie des très bons clubs en France, ils n’étaient pas forcément attendus à cette place. L’an passé ils avaient terminés 3è mais surtout… 31 points derrière les Parisiens avec 65 points contre 96 aux joueurs de la capitale. Cette année, Monaco compte déjà 71 points et il leur reste 8 matchs ! Ils ont laissé très peu de points en route avec seulement 3 petites défaites. Mais outre leur défense intéressante, c’est surtout leur attaque qui impressionne l’Europe entière. Les Monégasques peuvent clairement croire au titre, eux qui n’ont pas été sacrés en Ligue 1 depuis 2000. Il reste pour cela quelques victoires très importantes à aller chercher mais ils ont leur destin en mains!
Du côté de la Coupe de la Ligue, Monaco s’apprête à affronter…le PSG en finale le 1er avril prochain. Une finale alléchante entre les deux meilleures équipes en France et si le parcours ne fut pas si aisé pour eux, Monaco a su se frayer un chemin jusqu’ici. Entré dans la compétition lors des huitièmes de finale, l’ASM a…atomisé le Stade Rennais 7-0 (ouh l’humiliation) avant de peiner en quart contre le club de Sochaux qui évolue pourtant en Ligue 2. Les leaders de Ligue 1 passent finalement aux tirs aux buts après avoir été menés pendant plus d’une heure. En demies ils battent Nancy sur un tout petit but, un but un peu gag mais qui suffit à leur bonheur…enfin presque puisque l’objectif est maintenant de battre Paris et de gagner le trophée, trophée qu’ils recherchent depuis 2002.
En coupe de France, il reste encore beaucoup à faire mais là aussi Monaco est encore en course ! Ils ont éliminé Ajaccio 2-1 en 32è, ont remporté un match hallucinant contre Chambly, club pourtant amateur, 4-5 après prolongations en 16è avant de battre l’Olympique de Marseille 3-4 en prolongations. Ils prennent des buts mais en marquent un de plus et ont le dernier mot pour l’instant. L’auront-ils jusqu’au bout ? Ils courent après cette coupe depuis 1990.

Enfin les Monégasques sont donc le dernier club français dans les huit dernières équipes encore en Ligue des champions, la prestigieuse compétition continentale. Ils ont réalisé un parcours admirable après avoir perdu leur premier match de barrage face à Fenerbahçe en juillet. Ensuite, ils ont tout écrasé sur leur passage, ont terminé premier de leur groupe et ont renversé une situation mal embarquée face à Manchester City (défaite 5-3 à l’aller, victoire 3-1 au retour)[1] pour poursuivre leur rêve. Ils affronteront Dortmund, une autre équipe spectaculaire en quarts.

Vous avez vu les dates que j’ai citées. Le club de Monaco n’a pas touché de trophée majeur ces dernières années. Mais j’ai bon espoir pour que leur armoire à coupes soit dépoussiérée rapidement. Ce serait un comble que Monaco perde tout. La question est plutôt, lequel(s) vont-ils gagner ? Et s’ils peuvent se la poser aujourd’hui c’est grâce à un travail de qualité en amont.

Un bon travail estival

Je ne sais pas si vous avez révisé pendant vos vacances d’été mais les dirigeants monégasques ont eux œuvré dans le bon sens et sont aujourd’hui récompensés surtout pour leur très bon mercato. Bien sûr Falcao est revenu, le buteur colombien qui n’arrivait pas à se relancer depuis deux ans en Angleterre et connait un net regain de forme cette saison (meilleur buteur du club en championnat avec 16 buts, une statistique qui monte à 24 toutes compétitions confondues). Mais il n’est pas la seule recrue dorée pour Monaco.  Mais le grand ménage (27 joueurs font leurs valises l’été dernier !) a surtout permis de renouveler la défense. Le recrutement de Monaco a été intelligent, avec l’arrivée de Sidibé à droite et Mendy à gauche tandis que le polonais Kamil Glik était recruté pour seulement 8 millions d’euros afin de renforcer la défense centrale. Un rôle qu’il a parfaitement rempli tout en inscrivant quelques buts depuis août. Malgré le nombre importants de très bons joueurs qui ont quitté le club ces dernières années (Carrasco, Rodriguez, Kurzawa, Kondogbia, Ocampos, Martial,…) le club a réussi à conserver un effectif très séduisant. Des jeunes explosifs (Mbappé, Silva, Bakayoko) et des anciens qui ont connu la Ligue2 (Raggi, Dirar,…), d’autres qui apportent leur expérience (Moutino). Un effectif terrorisant même ses adversaires…

Quelle force de frappe !

Les rouge et blanc sont en effet impressionnants cette saison. Meilleure attaque d’Europe avec 87 buts en 30 journées de championnat (2,9 buts/match), soit mieux que le Barca, le Real, Naples, le Bayern et j’en passe. Tout simplement énorme. Les scores fleuves ont été nombreux cette saison lors des matchs de Monaco… 0-7 (à Metz, 1er octobre), 6-2 (Montpellier le 21 octobre), 6-0 (Nancy le 5 novembre), 4-0 (Marseille 26 novembre), 5-0 (Bastia 3 décembre), 5-0 (Metz, 11 février)…

Monaco donne l’impression de pouvoir marquer à tout moment, les joueurs sont rapides, ont de bonnes intentions et l’organisation collective est brillante. La tactique et les choix de Leonardo Jardim, coach portugais de cette équipe depuis plusieurs saisons s’avèrent payants. L’avalanche de buts que proposent les Monégasques est surtout rendue possible par la multiplicité de buteurs. Ils ne sont pas dépendants à un unique joueur mais peuvent apporter le danger de partout. Les défenseurs Fabinho et Glik ont marqué 10 et 7 buts, Boschilia a déjà fait trembler 8 fois les filets cette saison, Bernardo Silva 9 fois, Thomas Lemar a réalisé cette performance 11 fois, Carrillo à 8 reprises, Germain en a mis 13, Mbappé est déjà à 19 pions et le meilleur est Falcao avec 24 buts. Une équipe de jeu vidéo.

Comment expliquer leur endurance ?

La force du banc. Comme nous l’avons vu les buteurs sont nombreux, mais ce qui est surtout intéressant c’est que les joueurs de qualité ne manquent pas. Monaco est certes encore engagé sur tous les tableaux mais cela n’est pas possible sans faire tourner des joueurs qui sont incapables d’aligner 9 matchs en moins de 30 jours… Heureusement, à chaque ligne il y a des solutions. J’ai déjà cité plus de 15 noms dans les lignes précédentes. Et parmi les 28 noms qui composent l’effectif du club, il y en a plus d’une vingtaine tout à fait capable de se relayer dans les matchs de championnat et de coupe. Cela va être difficile de gagner toutes les rencontres qui restent mais leur parcours jusqu’ici prouve qu’il faut arrêter avec l’adage placé en accroche de cet article. « Je pense que la coupe d’Europe va laisser des traces et ils vont lâcher des points dans le championnat ». Non, c’est tout à fait possible de gagner partout. Ne cherchez plus d’excuses aux mauvais.  

Et demain ?

Il a seulement 5 ans le club était dernier de deuxième division. Mais cela n’arrivera plus avant longtemps. La relève est en effet déjà là…Les jeunes pépites ne sont pas manquantes à l’ASM qui vient d’être titré en Gambardella en 2016. Or la Coupe Gambardella est la compétition opposant les équipes de moins de 19 ans de chaque club. La dernière fois que Monaco a gravé son nom sur une coupe c’était donc sur une coupe de jeunes. Plutôt bon signe pour l’avenir alors que le prochain mercato s’annonce difficile pour le club. De nombreux joueurs risquent fort de quitter le Rocher cet été mais nous pouvons faire confiance aux dirigeants, agents et à la cellule de recrutement qui saura renforcer idéalement l’équipe en vue d’une prochaine saison à rallonge… avec une finale de plus à disputer ? En effet au rythme où vont les Monégasques, ces derniers pourraient disputer le Trophée des champions en août. Bref, le vivier est prometteur et après ce grand cru 2017, nul doute que d’autres saisons intéressantes s’annoncent du côté du stade Louis II !

Un club pourtant sans spectateurs ?

Meilleure attaque d’Europe et pire affluence de France… How to explain this ?              
 Il faut reconnaitre que le peuple monégasque, friand de sport et de grand prix de Formule 1, est moins attiré par le football. Ce qui conduit à voir bien souvent les Rouge et Blanc évoluer dans un stade certes très beau, mais sonnant creux. Les spectateurs sont peu nombreux, du moins en apparence. Car en réalité, de l’Alsace aux Ardennes en passant par la Bretagne, ils sont partout en France. Mais pas seulement : l’ASM est un club suivi à l’international, Italie, Espagne, et même les Antilles, la Guadeloupe, l’Afrique ou encore les Emirats Arabes Unis. La passion pour les troupes de Leonardo Jardim semble universelle. Se pose donc la question du stade. La situation géographique est à prendre en compte, évidemment. L’accès n’est pas des plus simples et pour les supporters venant des quatre coins du pays, le trajet est long et coûteux. La majorité des supporters vient de l’extérieur de la Principauté. (Source : http://www.football365.fr)

Il y a bien un club de supporters prêt à pousser leur club vers de nombreuses victoires. Et comme ils disent, DAGHE MUNEGU !

Jérôme Flury

[1]Pour ceux qui calculent et ne comprennent pas comment Monaco est passé alors que le total des 2 matchs donne 6-6, la règle est que l’équipe qui a marqué le plus de buts à l’extérieur passe et Monaco en a mis 3 (>1).