Home Sport Vous pouvez me croire…

Vous pouvez me croire…

Vous pouvez me croire…

Le 1er mars de cette année a débuté un tournoi amical opposant 4 des meilleures nations de football féminin. Cette compétition, nommée la « she believes cup », comme un message d’avenir, se déroule aux Etats-Unis et la France en fait partie. Elle a d’ailleurs débuté par une victoire, certes à l’arrachée, face aux Anglaises, qui illustre son bon niveau.

hi

Cela fait maintenant presque six ans que je suis le football féminin et encore une fois je vais tenter de vous convaincre que ce sport est tout aussi intéressant que celui pratiqué par les hommes. Notre équipe de France est une des meilleures équipes mondiales et sa participation à la deuxième édition de ce petit tournoi She Believes Cup le prouve. Vous ne connaissez pas encore le football féminin ni notre équipe de France ? Vous êtes plein de préjugés vis-à-vis d’un sport qui reste « essentiellement masculin » ? Sachez que le talent existe chez les deux sexes. Alors oubliez un instant Messi et Ronaldo et intéressez vous aux Hegerberg et Le Sommer notamment.

Certes, les bleues courent depuis des années après un trophée majeur et même après une finale. Mais je reste entièrement convaincu par la qualité de notre sélection. Son classement mondial le montre, la France est 3è derrière les indétrônables Américaines et les redoutables Allemandes. Un meilleur classement que celui de ses homologues masculins.

Une troisième place qui leur permet donc, malgré des Jeux Olympiques décevants (élimination en quarts de finale par le Canada), d’être à nouveau présentes pour cette édition de la She Believes Cup. Le premier match oppose la France à l’Angleterre. Les filles coachées par Olivier Echouafni (ancien joueur du Racing Strasbourg) se retrouvent menées logiquement 1-0. Leur entame de match est mauvaise mais elles ne lâchent rien et reviennent à 1-1 en seconde période grâce à la meilleure buteuse des bleues, Marie Laure Delie, qui soigne ses statistiques déjà impressionnantes (65è but en 112 sélections s’il vous plait). Les Françaises continuent à croire en leur chance jusqu’à la fin et dans le temps additionnel, elles obtiennent un corner. Ce dernier est tiré par Amel Majri, latérale élue meilleure joueuse du championnat de France l’an dernier, et repris victorieusement par la capitaine Wendie Renard, qui a remporté sa 3è ligue des champions en mai. Victoire 2-1 pour ce premier match. Une victoire sur le fil mais une victoire acquise grâce à l’abnégation et à la détermination. Cette dernière victoire a été remportée au mental, elles y ont cru jusqu’au bout et cela a toujours été leur cas. Vous pouvez me croire.

Si je suis fan de foot féminin c’est surtout pour cela : les filles ne lâchent rien, elles jouent plus vers l’avant que les hommes. Je trouve que les rencontres féminines sont agréables car les équipes « jouent » au football, tout simplement. L’argent a gangréné les rencontres masculines, empreintes de plus en plus souvent de tension, que ce soit au niveau des supporters[1], ou des joueurs durant les matchs. Les différents acteurs de ce sport montrent au quotidien des signes de tension, comme la récente sortie de l’entraineur barcelonais après la déroute à Paris.

Du côté des filles, l’enjeu n’est pas le même. L’argent n’y est pas encore (pour le moment) aussi important, et cela permet de préserver le jeu. Regardez une fois un match de foot féminin et observez le nombre et la dangerosité des fautes sifflées. Il est plus rare de voir la violence et l’enjeu primer sur le jeu. Un jeu qui est tout aussi attractif que celui pratiqué par les hommes. Certains disent qu’un match féminin est ennuyeux, que les filles ne sont pas talentueuses. Je ne suis pas d’accord. La technique n’est pas un caractère spécifiquement masculin, et de nombreuses joueuses sont très douées techniquement. Celles de l’équipe de France font partie des meilleures. Amandine Henry, qui joue actuellement à Paris après un bref passage au pays du football féminin, à Portland, est une de ces joueuses aux qualités reconnues mondialement. Sa frappe en phase de poule de la dernière coupe du monde a marqué les observateurs. De beaux buts, de la percussion, une défense solide et une gardienne en progression depuis quelques saisons font de l’Equipe de France une équipe à suivre. Vous pouvez me croire.

 Bon à savoir :

L’organisation de la coupe du monde féminine de football 2019 a été attribuée à la France. Cela devrait être la grande fête du football féminin tant le pays s’implique dans le développement et la valorisation de ce sport. Trois ans après l’euro 2016 qui a été une réussite pour la France, la compétition mondiale féminine s’annonce belle.

Alors je vous invite à regarder nos bleues dès le match suivant qui les opposera face à nos grandes rivales Allemandes samedi soir à 20h15 sur Cstar (canal 17 de la TNT). Pourquoi voir ce match ? Il opposera les deux meilleures équipes européennes, la France et l’Allemagne qui a remporté les derniers Jeux Olympiques. Alors croyez moi ou non, mais ça va jouer au football, et bien même ce samedi.

Sinon le match suivant les opposera aux number one mondiales, les Américaines, mercredi 8 mars à 1h du matin (aie). Puis tournée de matchs amicaux avant de partir pour l’Euro en juillet prochain. Un Euro qui est le prochain objectif majeur de nos bleues…cette fois on ne veut pas s’arrêter en quarts !

Jérôme Flury

[1] Sur ce point, cf. la rencontre Metz-Lyon de cette saison chez les hommes, choquante de violence, ou encore l’accueil réservé par les supporters de l’Olympique de Marseille l’an dernier à Mathieu Valbuena qui revenait sous le maillot lyonnais. Les exemples sont nombreux mais ces deux là sont forts.