Christopher-Bailey-and-Keane-Burberry-Beijing-DESIGNSCENE-net-02

Il y a des musiques qui vous rappellent le temps d’un été, celles qui vous prennent aux tripes et d’autres encore qui correspondent de manière parfaite à un moment de votre vie. Pour moi Keane est les trois à la fois.

Keane est un groupe de piano pop rock britannique originaire de Battle dans le comté de l’East Sussex. Tom Chaplin est au chant, Tim Rice-Oxley au piano, Richard Hughes à la batterie et depuis 2011 Jesse Quinn a rejoint le groupe en tant que bassiste.

Ils se révélèrent aux yeux du monde avec leur premier album Hopes and Fears, sorti le 10 mai 2004. Inutile de dire que ce dernier m’a mis la claque de ma vie. Les douze morceaux qui  le composent sont tous des tubes en acte. Du piano, une batterie et la voix cristalline de Tom Chaplin. Un pur bonheur. Lorsque l’on est amoureux on a l’impression que toutes les chansons nous parlent non ? Eh bien Hopes and Fears continue de me parler, dans la joie, dans la tristesse, dans l’amour et surtout en son absence. Que cela soit sur la finalité et la vanité d’une vie dans She Has No Time, le changement continuel et immuable dans Everybody’s Changing ou encore l’espoir d’une vie meilleure dans un monde rien qu’à nous dans Somewhere Only We Know, cet album respire la nostalgie. Pourtant peu de titres possèdent un rythme lancinant. C’est cette dualité paroles/rythmes qui fait tout le charme et la beauté de cet album, que je considère toujours comme mon favori.

Keane

Derrière l’immense succès de Hopes and Fears, Keane sortit un deuxième album qui va rencontrer un triomphe encore plus grand, établissant alors définitivement le groupe sur la scène internationale. Avec Under the Iron Sea, sorti le 12 juin 2006, Keane continue d’évoluer dans les sphères musicales qui ont fait son succès. Cependant le ton dévie cette fois de la nostalgie presque enfantine à une  mélancolie plus adulte. L’album se pose dans des tons plus lents, plus lourds, plus graves. Try Again parle des occasions manquées qui nous marquent éternellement, A Bad Dream nous évoque la difficulté de survivre à la mort de quelqu’un qui nous est proche alors que Nothing in my Way, malgré un tempo plus rythmé, doit sans doute être la chanson la plus déprimante de l’album, parlant du refus de faire face à ses problèmes, de l’enfermement sur soi et des mensonges qui s’amoncèlent sur le chemin. Plusieurs autres chansons de l’album continuent dans le même ton et il est rassurant de voir que Tim Rice-Oxley n’a pas oublié de garder certaines chansons plus « légères » en termes de tempo. Il n’est alors pas étonnant de voir que Crystal Ball ou encore Is it Any Wonder ? ont été deux des singles que Keane a sorti. Néanmoins n’allez pas croire que le groupe a subitement changé d’humeur et ont décidé de faire quelques chansons en mode « la vie est belle, des papillons et des licornes partout ». Crystal Ball parle de l’atteinte d’un point de non-retour qui nous fait ne pas nous reconnaître, du vide qui nous remplit au fur et à mesure d’une vie menée de manière différente à ce que l’on souhaitait. Grosse barre. Is it Any Wonder ? est sans doute le titre le moins déprimant de l’album, parlant de vivre dans une époque qui n’est pas la nôtre et du décalage qui s’opère progressivement.

Par la suite Keane sortit deux albums qui m’ont fait remettre en cause l’amour que je porte au groupe. Il y aura toujours un éternel débat entre ceux qui pensent qu’un groupe doit garder les mêmes recettes qui ont fait son succès et ceux qui déclarent qu’un groupe doit se renouveler pour continuer à exister. De tous les groupes que je connais il y en a peu qui ont bénéficié d’un changement dans leur musique. Keane n’est pas l’un d’entre eux. Leur troisième album Perfect Symmetry, sorti en 2008, marque un tournant dans la carrière du groupe. Apparaît de la guitare ainsi que de la basse. Le résultat est plus que mitigé, les chansons état certes plus fun, plus rythmées mais manquant d’un fond, d’une âme. Spiralling n’est pas à proprement parler une mauvaise chanson mais elle ne sonne pas comme du Keane. Au moins elle m’a appris la définition du mot. La seule, à mon sens, bonne chanson de l’album reste Perfect Symmetry, un bon compromis entre l’ancien Keane et le nouveau. Je ne suis pas contre le changement, cependant il faut toujours savoir garder une base, un résidu de ce qui a fait le succès d’un ou plusieurs albums. En oubliant cela, Keane s’est planté.

Je ne parlerais pas de l’EP (Extended Play) Night Train qui suivit. Composé pendant la tournée de Perfect Symmetry, il comporte plusieurs duos et quelques chansons expérimentales. On sent qu’il a été écrit à la va-vite et qu’il n’y avait réellement aucune ambition pour le groupe quant à son succès. Je laisserais un critique musical décrire cet EP : « il n’est pas trop mal…pour un album bouche-trou ».

Marqués plus qu’ils ne voudraient l’admettre par ces deux échecs à la fois publics et critiques successifs, le groupe retourna à ce qu’il savait faire de mieux : du piano, une voix et un peu de batterie. Leur cinquième album Strangeland, sorti en 2012, dépassa le million de vente dans le monde, performance déjà réalisée par Hopes and Fears et Under the Iron Sea. Bizarre bizarre… En tous les cas cet album est un retour aux fondamentaux, tout en gardant une certaine légèreté dans les paroles qui n’est pas pour déplaire. Day Will Come soutient que, malgré toutes les difficultés qui nous tombent dessus, des lendemains meilleurs sont possibles, quoiqu’éphémères. Le carpe diem selon Keane. De son côté Sovereign Light Café semble boucler la boucle entamée avec Somewhere Only We Know et résonne bien avec toutes les œuvres du groupe : certes le lieu que nous avions lorsque nous étions enfants n’existe plus, mais il y aura toujours un endroit où nous pourrons toujours nous réunir et être heureux.

Keane a sorti un best-of après seulement quatre albums. Si cela est quelque peu présomptueux, un best-of est assez symbole de manque d’inspiration ou de créativité ou encore de fin de vie d’un groupe. Keane semble aujourd’hui proche de la deuxième solution. Le groupe fait une pause pour que tout ses membres puissent satisfaire leurs envies d’ailleurs. J’espère que ce n’est pas la fin d’un groupe qui m’a tellement apporté, malgré des passages à vide.

Le crépuscule de la carrière de Keane?
Le crépuscule de la carrière de Keane?

Keane  a donc commencé sa carrière en fanfare puis a connu des passages plus difficiles, tentant de faire peau neuve avant de retourner à ses premiers amours. En un sens c’est une belle métaphore de la vie. Quand on possède quelque chose qui nous rend spéciaux, il faut s’y accrocher et non pas le renier au risque de ne pas se reconnaître soi-même. Les inquiétudes du changement, et le fait de l’accepter ou non, énoncées par le groupe dans ses premiers albums représente bien leur parcours. Ils sont nés, ont grandis puis tenté de changer ce qui les rendait si talentueux et sont finalement revenus à ce qu’ils étaient au départ. Ils ont également gardé des traces de cette période de transition. En quelques mots : Keane est définitivement entré dans l’âge adulte.