J’espère ne pas me tromper en disant que l’étudiant d’I.E.P. est doté d’un esprit d’ouverture, et qu’il s’intéresse à tout. Je voudrais en ce qui me concerne vous inviter à quitter quelques instants les méandres tortueux des matières scolaires et vous parler d’une personne assez connue de nous tous, consciemment ou non.

Ryuchi Sakamoto comme le laisse présager son nom, est japonais. On lui doit en particulier deux musiques de films celle de  » Furyo « , et la symphoniquement somptueuse bande originale du « Dernier empereur“. Mais Sakamoto n’est pas simplement l’homme de “Forbidden colors“. Sa carrière est déjà longue et il ne compte pas moins d’une dizaine d’albums à son actif.L e fait est qu’en Europe cette oeuvre est méconnue. Sakamoto n’est pourtant pas un obscur compositeur ; au Japon il est une véritable star mais il est vrai que nos critères musicaux diffèrent parfois de ceux des habitants du Pays du Soleil Levant.

J’ai pour ma part craqué sur deux albums de Sakamoto que j’ai réussi à trouver, à force de persévérance, et j’ai pensé que certains pourraient être intéressés par la découverte de nouveaux horizons musicaux.

Selon moi, écouter Sakamoto c’est comme partir. Chaque album est un voyage dans des contrées lointaines, un cocktail détonnant et étonnant… Imaginez une voix à la David Bowie, une musique rappelant parfois Peter Gabriel et des sons traditionnels asiatiques ou africains ! Ajoutez à cela que les rythmes alternent les uns avec les autres — tantôt endiablés, tantôt très calmes — et vous comprendrez aisément que l’écoute de chaque album vous changera des standards musicaux… s’il en existe !

Sakamoto ne manque pas de nous démontrer qu’il sait composer et se livre à des exercices de style remarquables, seul au piano, ou accompagné d’invités prestigieux comme Youssou N’Dour.

Alors si l’envie vous en prend et que les mélanges de rythmes traditionnels et modernes ne vous choquent pas, découvrez Sakamoto…

C’est une expérience musicale intense qui ne peut laisser indifférent, que l’on aime ou non !

De toutes façons cela ne peut pas être pire que le dernier U2…

Musicalement vôtre.

Laurent

P.S. : Et au fait, si l’un d’entre vous possède un enregistrement du concert de Wembley 1991, qu’il me fasse signe.